Les Sri Lankais reviennent au feu de bois alors que l’économie part en fumée

Accablés par la grave économique crise et les pénuries qui striking leur country autrefois relatively rich, les Sri Lankais sont nouvelles constraints de cuisine avec du bois de chauffage.

La fumée “nous fait souffrir quand on cuisine, mais nous n’avons pas le choix”, asserts MG Karunawathi, 67 years, propriétaire d’un restaurant qui dit avoir dû choisir entre fermer son commerce ou supporter la fumée et la suie.

Sri Lanka used to be a middle-income country, with a GDP per inhabitant comparable to that of the Philippines and a standard of living that neighboring India envied.

But the pandemic of Covid-19, which has put a brutal brake on tourism, coupled with poor economic management and corruption, has plunged the country into the worst economic crisis since independence and depleted its liquidity, cutting off most exports .

Gas is now either unavailable or too expensive for most of the 22 million inhabitants. Some have tried to pass the cooker to kerosene, but the government has no more dollars for importers, either gasoline or diesel, which are also affected by shortages.

– Recherche de bois –

Ceux qui ont acheté des cuisinières électriques ont pâti des longe cutures courant imposed by the government faute de devises pour import du carburant pour les generators.

“Auparavant, nous n’avions qu’un seul client, un restaurant qui avait un four à bois, mais maintenant nous en avons tellement que nous ne pouvos pas répondre à la demande”, explained to AFP Selliah Raja, a bûcheron de 60 ans.

Il affirme que ses suppliers ont doublé le prix du bois avec le bond de la demande et à cause de la flambée des prix du carburant pour le transport.

“Auparavant, les propriétaires fonciers nous payaient pour déraciner les hévéas qui non sont plus productiveifs”, explained to AFP Sampath Thushara, un autre bûcheron dans le village de Nehinna (sud), où l’on cultive le et le caoutchouc. “Aujourd’hui, nous devons payer pour obtenir ces arbres”.

La recherche de bois can also be dangerous in forests infested with snakes and insects. Last week, three children died following wasp stings in the center of the island, and four others were hospitalized.

L’entrepreneur Riyad Ismail, 51 ans, a vu les ventes s’envoler pour le poêle à bois de haute technologie qu’il a inventé en 2008.

Ses deux réchauds, qui coutent 20 et 50 dollars respectively, se vendent comme des petits pains et les acheteurs doivent à présent s’inscrire sur liste d’attente pour s’en procurer.

– “Effondrement complet” –

Les Nations unies estiment qu’environ 80% des personnes sautent des repas parce qu’elles n’ont plus les moyens de se nourrir.

“Our economy is facing a complete collapse,” Prime Minister Ranil Wickremesinghe said in Parliament on June 22.

Son gouvernement est en pourparlers avec le Fonds monétaire international pour un renflouement.

The transition to wood heating began at the beginning of the year. More than 1,000 kitchens have exploded in the country, killing at least seven people and blessing hundreds of others. dangerous.

Niluka Hapuarachchi, 41 years old, died miraculously unscathed when her gas cooker exploded shortly after cooking.

“Heureusement, personne n’était là à ce moment-là. Il y avait des morceaux de verre partout sur le sol. La cuisinière avait explosé. Je n’utiliserai plus jamais de gas pour cuisiner. Ce n’est pas sûr. Nous n’utilisons maintenant que du bois de chauffage”, affirme-t-elle.

.

Leave a Comment